Introduction à Azure Site Recovery

Si vous êtes familier avec Microsoft Azure, vous connaissez probablement la solution de Microsoft, Azure Site Recovery (ASR), conçue pour la reprise après sinistre. En tant que service (DRaaS), Azure Site Recovery vous permet de garder vos machines virtuelles en sécurité dans le nuage et peut être également utilisé comme outil de migration pour vos applications.

Flexibilité

Vous pouvez utiliser ASR avec une variété de systèmes : Hyper-V, VMware ainsi que les serveurs physiques. Vous êtes en contrôle de choisir quelle machine doit être répliquée ainsi que de la politique que vous souhaitez appliquer. Le trafic de la réplication utilise le port 443 ce qui veut dire que vous n’avez pas besoin de VPN pour copier vos données. Vous devrez, par contre, avoir un VPN en place vers Azure pour le trafic des machines qui seront hébergées en cas de désastre.

Liste des meilleures pratiques pour l’implémentation d’un site de relève

  1. Effectuez une évaluation des risques pour chaque application, car chacune peut avoir des exigences différentes. Certaines applications sont plus critiques que d’autres et justifieraient le coût supplémentaire pour l’architecture d’un plan de reprise après sinistre.
  2. Utilisez ces informations pour définir le RTO et le RPO pour chaque application. (voir la définition de RTO et RPO ci-dessous)
  3. Prévoyez les défaillances possibles, à commencer par l’architecture de l’application.
  4. Mettez en œuvre les meilleures pratiques en matière de haute disponibilité tout en équilibrant les coûts, la complexité et les risques.
  5. Mettez en œuvre des plans et processus de reprise après sinistre :
    1. considérez les échecs au niveau des applications jusqu’à la panne complète du cloud ;
    2. établissez des stratégies de sauvegarde pour toutes les données de référence et transactionnelles ; et
    3. choisissez une architecture de récupération après sinistre multisite.
  6. Définissez un propriétaire spécifique pour les processus de récupération après sinistre, l’automatisation et les tests. Le propriétaire doit gérer et posséder tout le processus.
  7. Documentez les processus afin qu’ils soient facilement répétables. Bien qu’il y ait un seul propriétaire, plusieurs personnes devraient être en mesure de comprendre et de suivre les processus en cas d’urgence.
  8. Formez le personnel à la mise en œuvre du processus.
  9. Utilisez des simulations de catastrophe pour la formation et la validation du processus.

Durée maximale d’interruption admissible (DMIA) ou Recovery Time Objectives (RTO)

La DMIA ou RTO fait référence à la quantité de temps déterminée par votre entreprise pour être de retour en service après qu’une catastrophe ou une perturbation se soit produite. Plus l’application est critique, plus la DMIA ou RTO doit être bas.

Perte de données maximales admissibles (PDMA) ou Recovery Point Objective (RPO)

La PDMA ou RPO est un point dans le temps qui fait référence à la quantité acceptable de données perdues en raison de la récupération suite à un désastre.

Recovery

 

Le service ASR est maintenant disponible dans les régions canadiennes. Vous pouvez vérifier les services offerts dans chaque région au lien suivant : https://azure.microsoft.com/en-us/regions/services/.  Davantage de services et de fonctionnalités continuent d’être ajoutés périodiquement.

Pour obtenir de l’aide pour des projets d’Infrastructure, faites appelle à nos experts. Negotium offre des consultations permettant d’identifier les lacunes et risques potentiels dans les opérations de votre entreprise qui nuisent à la productivité des utilisateurs, au niveau de compétitivité de l’entreprise et à la sécurité de vos données. Contactez Negotium Technologies dès maintenant!

 

Liens utiles :

https://docs.microsoft.com/en-us/azure/site-recovery/site-recovery-overview

https://docs.microsoft.com/en-us/azure/site-recovery/site-recovery-best-practices

https://docs.microsoft.com/en-us/azure/site-recovery/site-recovery-components

Fermer le menu